Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Messages : 1
Framboises : 239
Date d'inscription : 24/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur

[PV Calli]« I have OCD. Obsessive Cat Disorder. »

le Mar 11 Avr - 0:14


Ne pouvant plus reporter ses courses à plus tard s’il souhaitait manger le soir-même, Adrian prit tout de même le temps de donner un peu de saumon à ses chats avant de sortir de l’appartement. Il se sentait toujours coupable de les laisser seul, alors il ne résistait pas à l’envie de leur donner un peu de friandise chaque fois qu’il sortait. Ce n’était pas un choix très raisonnable puisqu’il leur en donnait également en rentrant, mais il savait au moins que ses chats étaient heureux en les voyant dévorer ce qu’il leur donnait. D’autant plus que son vétérinaire ne trouvait rien à redire sur la santé de ses félins, alors il n’avait aucune raison d’arrêter ses petites habitudes !
Ses écouteurs diffusant du rock, il rentra dans le supermarché où il avait pris l’habitude de venir faire ses courses avant de prendre un panier. Tranquillement, il fureta dans les rayons pour trouver ce qui l’intéressait, ne prenant quasiment que des plats tout préparés où des produits de qualité moyenne pour se nourrir. Même si cela faisait maintenant un moment qu’il habitait seul parmi les humains, il n’avait jamais vraiment cherché à savoir cuisiner. Il n’avait aucune envie de perdre du temps en cuisine pour se faire un repas de bonne qualité quand un repas de qualité moyenne lui allait très bien. A partir du moment où il mangeait un tant soit peu correctement, tout lui allait.
Malgré tout, cela ne l’empêcha pas de choisir quelque met d’extrêmement bonne qualité, comme du saumon ou du poulet. Mais cela n’était pas pour lui, ces mets étaient pour ses chats. Il prenait plus de plaisir à donner un repas de qualité à ses chats plutôt que d’essayer de le préparer pour lui-même. Et en plus de cela, il ne se gênait pas pour leur acheter de la pâtée de marque, de même pour les croquettes. Lorsqu’il se rendit compte, dans le rayon pour animaux, que ses articles les plus chers étaient destinés à ses chats, un léger rire s’échappa de ses lèvres.

« Mes chats sont mieux nourris que moi … Pour un mec de vingt-quatre ans je ne sais pas si c’est inquiétant ou touchant … »

Il se rendit alors compte qu’il n’était pas seul dans le rayon, et qu’une jeune fille choisissait également des articles pour chat. De bonne humeur, et parce qu’il trouvait la fille en question plutôt mignonne, il lui sourit avec une pointe de charme et de charisme que lui conférait son côté démoniaque, avant de quitter le rayon pour se diriger vers un autre afin de terminer ses achats. Après avoir rajouté un paquet de chamallow et de biscuits à la cannelle –ses deux péchés mignons-, il se rendit tranquillement à la caisse, un soupir las s’échappant de ses lèvres en voyant la queue présente. Vu le nombre de gens avant lui, il allait devoir attendre un bon moment avant de pouvoir rentrer chez lui.

« Heureusement que je leur ai donné du saumon, ils m’en voudront moins d’être partis longtemps alors que je leur avais promis de rentrer vite … »

Adrian sortit son téléphone de sa poche, vérifiant ses messages avant de jouer à l’un des jeux qu’il avait installé dessus pour faire passer le temps. De temps à autre, il relevait le regard en espérant que la file avance, mais elle semblait apparemment bloquée par un client mécontent. Devinant qu’il en aurait pour un moment, il se replongea dans son jeu d’énigme. Pour un stratège comme lui, les jeux de réflexions et d’énigme étaient ce qu’il préférait le plus. Et c’était sûrement la une des raisons pour lesquelles il ne lisait quasiment que des romans policiers. Il avait découvert ce style en arrivant parmi les humains, et fut plutôt surpris de voir que certains d’entre eux pouvait avoir énormément de talent pour inventer de telles affaires complexes.
Sentant une présence s’approchait, il leva distraitement le regard pour voir de qu’il s’agissait, et fut satisfait de voir qu’il s’agissait de la même jeune fille que dans le rayon pour animaux. Retirant l’un de ses écouteurs, il lui adressa un second sourire tout autant plein de charme, ne résistant pas à l’envie de flirter un peu avec elle. Même si elle devait sûrement être plus jeune que lui, elle était tout à fait son type et ne voyait pas de mal à passer un peu de bon temps de cette manière. Il ne comptait pas aller plus loin que le flirt avec elle à moins qu’elle ne le souhaite, mais cela ne l’empêchait en rien d’user un peu de son charme naturelle.

« J’espère que tu as du temps, joli cœur, parce que ça fait dix minutes que je suis la, et ça n’a toujours pas avancé. »

Il lui indiqua alors le client râleur qui importunait tout le monde. Maintenant qu’il avait retiré l’un de ses écouteurs et qu’il y faisait attention, il comprenait mieux pour quelle raison ce dernier bloquait tout le monde. Apparemment, la caissière n’aurait pas fait passer la remise prévue sur l’un de ses articles, et il souhaitait un remboursement. En soi, rien de bien grave. Mais le client en question faisait perdre le temps de tout le monde en prenant un malin plaisir à critiquer le magasin et la jeune caissière qui débutait dans le métier.
Reportant bien vite son attention sur la jeune fille derrière lui, il remarqua qu’elle avait bien pris de la nourriture pour félin également et ne put résister à l’envie de la questionner dessus.

« Quel genre de chat as-tu, ma jolie ? Je suis sûre que ton félin est aussi adorable et craquant que toi ~ »

Adrian lui adressa un clin d’œil, enchainant aussitôt sur sa situation. Pour un accro des chats comme lui, parler des siens était une passion. Un peu comme une mère adorant parler de ses enfants. C’était d’ailleurs un peu ce que ces chats étaient pour lui, puisqu’il les considérait comme un membre à part entière de sa famille, et non comme de simples animaux lui tenant compagnie.

« J’ai deux himalayen, un mâle et une femelle. D’ailleurs, je suis sûre qu’ils doivent s’inquiéter de me voir mettre du temps à rentrer alors qu’en général je suis plutôt rapide … »

Réalisant qu’il se comportait comme une mère inquiète, il ne se priva pour demander à la jeune fille s’il devrait s’inquiéter de son cas.

« Tu crois que je devrais m’inquiéter d’être aussi maternelle avec mes chats ? Etre comme ça à mon âge doit être flippant, non ? »

avatar
Messages : 32
Framboises : 1864
Date d'inscription : 14/10/2012
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [PV Calli]« I have OCD. Obsessive Cat Disorder. »

le Jeu 7 Sep - 7:42


Juste après son travail à l’atelier de son oncle Lest, à la demande de sa mère, See avait sauté dans le premier supermarché pour acheter quelques provisions et surtout de quoi réapprovisionner les packs de croquettes et de pâtés pour leurs deux chats, qui sans, ne mangeraient pas dans la soirée. Ils avaient oublié d’en acheter la dernière fois qu’ils étaient allés faire les courses. Tout ça à cause de Meelow qui était pressé de rentrer pour prendre ses affaires de danse qu’IL avait encore oublié à la maison. Et malgré ça, ils étaient tous les deux arrivés en retard.

Exceptionnellement, l’hybride ne s’était pas changée depuis la fin de ses cours à l’Académie et était encore vêtue de son uniforme blanc. Pour casser tout de même sa tenue majoritairement immaculée de blanc avec sa chevelure aussi blanche que neige, elle s’était fait un chignon tresse coiffé/décoiffé faussement attaché d’un gros nœud noir qui lui évitait d’être gênée par ses longs cheveux en faisant de la couture et avait couvert son cou et ses épaule d’une écharpe plaid grise et bleu clair qui mettait en valeur son iris gauche de couleur bleu glace. Même « sans s’être préparée à sortir », Seelow était toujours impeccable et restait incontestablement une des plus jolies filles de son lycée. Mais comme elle n’était pas du tout ouverte aux autres et assez tact, elle apparaissait plutôt comme une beauté glaciale et inapprochable. Et cela la convenait très bien comme ça. On l’oubliait vite car pas assez intéressante. Mais elle était une fille qui ne se révélait qu’à ses proches et quiconque posait un jugement sur elle aurait totalement tort. Tout comme quiconque ne devenait que derrière sa frange sur le côté qu’elle était demi-aveugle depuis l’enfance.

C’était avec  50% de sa vue qu’elle cherchait les croquettes favorites de ses chats, l’index glissant sur les étiquettes. Elle ne connaissait pas du tout le supermarché car de peur qu’ils ferment, elle n’était pas allée dans leur quartier habituel. Du coup, elle prenait légèrement un peu plus de temps à attraper l’objet de ses convoitises, les croquettes. Elle les avaient vues en entrant dans le rayon,  mais quand elle s’était retournée à peu près en face, elles n’apparaissaient plus, donc la blanche s’était mise à bouger son doigt et son regard de quelques millimètre sur le côté pour retrouver son produit. Mais au final elle finit par reculer et chercher à nouveau car elle l‘avait réellement perdu. C’est à ce moment qu’elle entendit quelqu’un rire. Seeelow s’énerva vite. Intérieurement. Cette personne était-elle en train de rire parce qu’elle agissait comme une débile ? La blonde se tenait habituellement  de montrer qu’elle avait du mal à repérer les choses qui étaient à sa droite, mais cette fois elle n’avait pas du tout remarqué le jeune homme à côté d’elle.  Mais quand elle le vit, son parfum lui emplit le nez et elle détectait tous ses mouvements et gestes. Quoi donc ces sens s’étaient mis en veille une fraction de secondes ? Quoi que, son parfum semblait être couverte par l’odeur de tous le rayon.. de chats. Sûrement pour ça qu’elle n’avait pas fait attention.. mais maintenant, elle décelait parfaitement un autre parfum chez lui par-dessous cette dominante odeur de chat.

« Mes chats sont mieux nourris que moi … Pour un mec de vingt-quatre ans je ne sais pas si c’est inquiétant ou touchant … »

Comprenant que ce ricanement ne lui était pas destiné, Seelow laissa vite tomber sa défensive. Elle avait pour habitude de se mettre de se mettre rapidement sur la défensive, elle ne se mettait pas forcément en colère mais tout comme son frère il fallait préférer éviter de lui taper sur les nerfs à moins de le regretter. Froidement. Enfin bref, le petit commentaire que le jeune brun s’était fait à lui-même ôta un sourire à See. Il était mignon à se lamenter sur son sort en prenant une des plus chères marque de patés pour chat. Sauf que le brun n’eut pas le temps de la voir sourire car la blanche détecta qu’il dirigeait son regard vers elle, et il ne se heurta qu’à son regard bleu posé sur lui. S’attendant à ce que le garçon tourne immédiatement la tête mal à l’aise. Il lui adressa personnellement un sourire diablement charismatique, et décontenança Seelow qui ne savait pas trop comment interpréter le sourire du jeune homme. Qui donc souriait comme ça à tout bon venant. N’importe qui aurait détourné son regard par embarras, et lui non. Se connaissaient-ils ? Pas que ça la revienne. Seelow ne lui rendit pas son sourire, elle ne lançait pas de sourire à monsieur inconnu. De toute façon, il se dirigeait vers une autre direction. Ce qui lui permit de continuer ses achats tranquillement.

Deux rayons plus tard, Seelow attrapait un Mug avec une citation de la Belle et la Bête en prévoyant en faire un cadeau pour sa meilleure amie Alice, complètement folle de ce conte. Quand elle voyait quelque chose relié à la Belle et la Bête, elle n’hésitait pas à le ramener à sa meilleure amie qui avait plein de produits dérivés du genre qu’elle les collectionnait presque. En le prenant sur son étagère, la jeune créatrice eut soudain un flash mémoire du sourire du brun de tout à l’heure. Elle se stoppa quelques secondes, cherchant à comprendre ce qui venait de se passer. Pourquoi ça lui revenait subitement ? Elle posa le mug dans son panier sans sentiment rougissant tardivement à ce beau sourire.

_Tss..

Puisqu’elle avait terminé ses courses, Seelow se dirigea vers les caisses. Leurs queues arrivaient facilement jusqu’au rayon et lui promettaient de longues minutes d’attentes. Elle remarqua le garçon de tout à l’heure, et son instinct lui dit qu’elle ferait mieux de choisir sa caisse. Fichu instinct. Quel instinct intelligent dirigeait ses propriétaires vers une caisse bloquée ? Sûrement quand cet instinct était guidée par une louve excitée qui avait l’air de trouver un inconnu sorti de nulle part à son goût. Mais Seelow le comprit que quand elle s’était déjà placée en caisse…

Elle sentit automatiquement l’esprit de louve se manifester à la proximité de ce jeune homme. Tiens donc, il lui arrivait quoi celle-là ? Il avait un beau c.. ! Ah non ! Seelow releva immédiatement le regard en espérant que son compagnon de file ne remarque pas là où ses yeux bleus s’étaient posés et fixés par inadvertance. Non mais qu’est-ce qui lui prenait de penser ça ? Elle était une fille distinguée ! Putain de caractère de lupin qui refaisait surface.  Si Meelow et elles partageaient des traits de caractère et des points de vue légèrement différents, elle savait que leur loups respectifs étaient sensiblement les mêmes et que sa louve pouvait être aussi insatiable que l’était son jumeau et peut-être extrêmement perverse. Mais elle elle n’était pas d’accord avec ça et ne laissait pas une telle image émerger d’elle… La jeune créatrice tiqua, toujours en regardant ailleurs pour que le beau brun s’il se retournait ne pense pas que son agacement intérieure avec sa louve lui était destinée. Sa louve n’avait pas l’habitude de se manifester et aimait la prendre par surprise. Bien que puissante et dominante, elle restait habituellement enfouie en elle, c’est pourquoi la jeune hybride dégageait beaucoup plus la prestance d’une vampire que d’un loup-garou.  C’est par cette absence que Seelow n’appréhendait que son coté loup-garou comme quelque chose de secondaire et avait du mal à comprendre que sa louve et elles ne formaient qu’un. Elle lui avait même donné un prénom. Bref. Là n’était pas la question. Le spécimen  au fessier sexy finit par se retourner vers sa directon, et à son grand malheur ôta ses écouteurs. Seelow détourna le regard. Il allait l’aborder Bordel, ses écouteurs ne lui semblait pas plus intéressants qu’elle ? Elle détestait se faire aborder par les braves garçons qui voulaient sympathiser avec elle.

« J’espère que tu as du temps, joli cœur, parce que ça fait dix minutes que je suis la, et ça n’a toujours pas avancé. »

Puisqu’elle était en train de le mater et de faire taire sa louve, Seelow n’avait pas du tout remarqué le blocage au bout de la caisse. Elle pencha la tête vers la direction que lui indiquait le brun et soupire. C’était vraiment son cul qui l’avait attirée ici et pas du tout son instinct chance.

_Dites-moi que c’est une blague…

Puisque le brun n’avait pas terminé, pendant qu’il lui parlait, la blanche en profita pour pouvoir l’observer méticuleusement. Et dis donc, elle n’avait pas fait attention cet inconnu était vraiment un beau jeune homme. Il n’avait rien à envier à quiconque et pouvait bien avoir un côté narcissique, la jeune hybride ne lui donnerait pas tort.  Par dessous ses-vêtements, son corps semblait d’une sculpture sans défaut. Ses cheveux mi-longs colorées en rouge à la pointe et sa peau mate parfaitement bronzée -qui lui rappelait qu’elle devrait prendre un peu de soleil pour pas etre confondue avec la neige durant l’hiver- lui offrait un spectacle qu’elle n’avait jamais vu avant et apportait un putain de coté sexy et exotique. Et ses yeux, ses yeux dorés étaient aussi brillants que les siens quand elles les allumaient., elle adorait ces yeux d’or.. Le jeune brun marquait considérablement des points par son regard soleil.

« Quel genre de chat as-tu, ma jolie ? Je suis sûre que ton félin est aussi adorable et craquant que toi ~ »

Un rictus orna les lèvres de Seelow au compliment du brun. Il voulait la draguer et la trouvait adorable. Très bien. Il allait falloir plus qu’un clin d’œil.

_Sûrement. Tel maître, tel animal. Je me demande si on peut dire autant sur toi..
« J’ai deux himalayen, un mâle et une femelle. D’ailleurs, je suis sûre qu’ils doivent s’inquiéter de me voir mettre du temps à rentrer alors qu’en général je suis plutôt rapide …


See pensait au début qu’il la draguait, mais au final, ce jeune homme voulait la draguer ou parler de vie de famille avec les chats ? Cette incohérence qu’elle décelait dans ses paroles lui donnait un côté à la fois sexy et mignon. Enfin, elle renifla l’air pour percevoir l’odeur du brun qui lui semblait loin d’être humaine. Ce qui inquiéta Seelow, puisqu’elle ne reconnaissait pas pour autant la race surnaturelle du jeune homme. Elle savait qu’il existait des races sur naturelles autres que celles présentes à l’Académie, mais elle savait aussi que la plupart étaient interdites d’entrée pour leur non aptitude à la vie humaine ou jugées comme dangereuses ou d’autres même ne vivaient pas sur la surface terrestre.. Peut-être qu’il en faisait partie ? Ou alors seule solution, c’était un neko timbré des chats. Seelow eut un petit sourire en imaginant le beau gosse avec des oreilles et une queue de chat.

« Tu crois que je devrais m’inquiéter d’être aussi maternelle avec mes chats ? Etre comme ça à mon âge doit être flippant, non ? »

Mais c’était qui ce OCD, accro aux cats ? La jeune hybride pensa qu’il était temps de mettre fin à cette conversation avant qu’il ne lui raconte qu’il allait se marier avec ses chats. Bon en vrai, il était mignon, elle aussi elle aimait beaucoup ses chats et lui les aimait sûrement encore plus. Mais elle n’était pas d’humeur à écouter un inconnu en parler.

_Mon chat. C’est surtout flippant que tu demandes à ta voisine de caisse ce genre de chose. Le centre de psychologie c’est la rue de côté.

La blanche lui répondit sans douceur avec un petit sourire faussement amical ne pensant même pas à lui révéler la race de ses chats avant de lui faire comprendre de la laisser tranquille. Elle répondait rarement aux questions personnelles et dévoilait des informations sur elle quand l’envie l’en prenait. Ou sinon, on pouvait aussi faire des recherches sur les réseaux sociaux. C’était beaucoup plus rapide vu que l’on trouvait beaucoup d’infos de nos jours…
Après courte réflexion, Seelow se dit qu’elle avait peut-être eu un comportement un peu injustifié au beau-gosse devant elle et se sentait un peu coupable de parler ainsi puisqu’elle ne le connaissait pas et que surtout qu’il ne semblait rien vouloir d’elle mis à part discuter de la literie de ses chats en plaçant deux trois compliments. D’autant plus, sa louve intérieure semblait bouillonner de colère, et subitement inquiète que le jeune garçon n’ait plus d’attention envers elle. Tout d’un coup elle s’excitait pour un parfait inconnu qui visiblement avait un problème avec les chats. Non mais sérieux. Maintenant elle allait croire que l’animal en elle était un peu tarée sur les bords. Avant d’éviter l’embrouille avec elle et des maux de tête en prime, elle entreprit au final de répondre à la question que lui avait posé le brun.

_J’ai un Abyssal.A moi. Et deux en tout chez moi. Voilà. Et ils risquent de mourir de faim si ces cons ne règlent pas leur problème très rapidement..

En posant un regard en avant de la caisse, Seelow fut témoin du départ du client mécontent, et de la caissière qui s’apprêtait à saluer le prochain client. Puisque le brun était toujours retourné, elle lui fit signe de ce qui se passait et poussa son chariot de quelques millimètres.

_Avance. Sinon on est là pour demain. Les médecins vont surement fermer  et t’auras personne à qui te lamenter sur ton sort.
[
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum