Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Messages : 13
Framboises : 444
Date d'inscription : 18/07/2016
Voir le profil de l'utilisateur

" Si tu touches OniiChan, je te coupe en deux ! ... Comment ça, ça se fait pas de menacer les gens ? Et puis je les menaces pas, je les préviens juste de ce qui pourrait leur arriver ! Ils devraient m'en remercier d'ailleurs ... "

le Mer 20 Juil - 20:26
Généralité



Nom : Kirigaya
Prénom : Ai
Surnom : AiChan
Age : Quatorze ans
Date De Naissance : Huit avril
Nationalité : Japonaise
Sexe : Masculin
Orientation : Bisexuel


Inside & Outside





Physionomie : « Ai tu es trop mignon ! Tu sors pas ce soir ! Tu restes avec moi ! J’ai besoin de mon adorable petit frère avec moi ! Personne ne doit s’attarder sur ses doux yeux verts parfait ! ~

- Eeeh ? Tu m’as déjà dit ça hier soir ! Et le soir d’avant aussi ! Et le soir encore d’avant ! Tu me dis ça tous les soirs en fait … »

De par son jeune âge et sa bonne santé, Ai est adorablement mignon. Sa jeunesse est caractérisée par des traits fins et un visage bien dessiné, avec une absence totale d’imperfection. Ses yeux verts pommes pétillent sans cesse de bonne humeur et de malice, ou alors d’amour pour son frère chéri. Ses cheveux sont d’un blond presque blanc, assortis à ses oreilles de renards qui se trouvent être aussi blanche que la neige. Sa bonne santé, quant à elle, se manifeste par un poids et une taille dans la norme, ainsi qu’une endurance et un physique sans le moindre défaut. La seule chose à reprocher à Ai serait la pâleur de sa peau, insensible au moindre rayon de soleil.

« Oh ! On pourrait passer pour des jumelles comme ça Ai, ça te va super bien ! Allons faire une blague aux autres !

- Oh oui ! Bonne idée ! »

Pour ressembler le plus possible à son frère adoré capable de devenir une fille, Ai se travestis sans la moindre gêne. Il peut acheter les mêmes vêtements que son frère, ou les lui emprunter, mais il fera toujours ça dans l’idée de se rapprocher de son modèle de perfection, non pour se moquer de lui ou le gêner. Ainsi, tous les styles lui vont, et même s’ils ne les lui iraient pas, ils les porteraient quand même juste pour se dire qu’il ressemble un peu plus à son frère s’il les mets !
Mais même s’il aime s’habiller en fille, il reste le plus souvent habillé en garçon, dans sa tenue préférée qu’il trouve pratique et mignonne. Tout en restant dans un style de samurai en portant une veste officielle sur une chemise simple et une cape, il se permet de porter un short pour être plus à l’aise dans ses mouvements ainsi qu’un béret. Mais quoi qu’il arrive, qu’il soit en fille ou en garçon, il ne quitte jamais son Katana qui a une valeur inestimable à ses yeux.

Psychologie :  « Le savoir c’est le pouvoir ! Il n’existe pas plus grand plaisir que l’omniscience ! »

Ai est le genre de garçon affreusement curieux. Il pose sans cesse des questions sur tout, même sur des sujets sans importance. Il veut absolument tout savoir sur tout, dans le moindre détail, et si ce n’est pas le cas, il s’en trouve frustré. Mais une fois cette frustration passé, il est capable de se montrer des plus insistant et désagréable envers quelqu’un ayant refusé de répondre à ses questions, et il continuera de se montrer ainsi jusqu’à ce qu’il obtienne sa réponse tant attendu. Et loin de là l’idée de lui mentir ! Il sent lorsque quelqu’un lui ment, et si quelqu’un ose lui dissimuler la vérité de quelque manière que ce soit, il se montrera encore plus désagréable. Ce côté pressant et inquisiteur lui donne un air de sale gosse, qui peut le rendre fatiguant, et ainsi agacer les gens.
Le fait de toujours se renseigner sur la moindre chose rend Ai capable de retenir la moindre information, qu’elle soit de n’importe quel ordre. Il peut se souvenir de la moindre odeur, de la moindre chose qu’il a touché, entendu ou lu. Rien ne lui échappe. Son esprit et ses cinq sens enregistrent tous ce qu’il se passe dans sa vie, et sa mémoire absolu ne lui fait jamais défaut.

« If you want to know what others think, you first have to say what you think. »

En plus d’une mémoire sans défaut, le jeune kitsune fait preuve d’une franchise trop prononcée. Ignorant quant à la ligne à ne pas dépasser pour ne pas blesser autrui dans ses paroles, il est incapable de savoir lorsqu’il doit se taire et cesser de faire part de ces pensées. Il est sans cesse entrain de dire tout ce qui lui passe à l’esprit, inconscient que ses pensées pourraient affectés négativement quelqu’un. Mais ses propos blessant ne sont que le résultat de sa trop grande franchise, et non pas d’un besoin malsain d’heurter les autres. Chaque fois qu’il blesse quelqu’un inconsciemment, il se sent coupable et cherche à se faire pardonner comme il le peut, même s’il ne comprend pas toujours pourquoi ses paroles sont blessantes.
Mais au-delà de son manque de tact certain, le plus gros problème pour Ai est qu’il est incapable de mentir. Il ne sait pas réfréner son flot de parole constant, alors si quelqu’un l’interroge sur quelque chose, il lui dira la vérité sans même y réfléchir et sans la moindre gêne. Malgré tout, s’il ne peut pas répondre, pour protéger quelqu’un, il est capable de garder ses pensées pour lui, mais pour ce faire, il devient brusquement muet, et il est alors facile de comprendre qu’il ne veut rien dire, et qu’il cache quelque chose.

« You can break my soul, take my life away, beat me, hurt me, kill me, but for the love of God … Don’t touch him ! »

Même s’il n’est âgé que de quatorze ans, Ai est extrêmement fidèle envers ceux qu’il aime. Quoi qu’il arrive, il ne les trahira jamais et sera toujours présent pour les aider. Pour lui, la famille et les liens du cœur sont deux choses vitales à ne surtout pas négliger et à toujours entretenir. De ce fait, le jeune kitsune se montre toujours protecteur et extrêmement tactile envers ses proches. Il ne supporte pas de rester loin d’eux, ou même l’idée qu’ils aillent mal et fait donc en sorte de toujours resté près d’eux pour prendre régulièrement de leurs nouvelles et ainsi les aider si le besoin s’en fait sentir.
Malgré tout, une seule personne compte réellement aux yeux de Ai, une seule personne qu’il se refuse à voir blesser ou toucher par quelqu’un d’autre que lui : son frère Jun. Juste pour lui, pour son bien-être, Ai serait capable de tuer n’importe qui pour avoir osé toucher à son trésor le plus précieux. Voir Jun pleurait pour quelqu’un d’autre le fait sortir de ses gonds et il peut alors se montrer très violent, sans même vouloir écouter la version de quelqu’un d’autre. Pour lui, une chose est simple : Jun est innocent, quoi qu’il arrive, ce sera toujours la faute des autres. Et si jamais il se retrouve lui-même responsable des larmes de son frère, il s’en veut au plus profond de lui-même et se plie en quatre pour satisfaire le moindre désir de son trésor et ainsi retrouvé la lumière chaleureuse de son sourire.

« When I tell you I trust you, don’t make me regret it. »

Même s’il est jeune, le kitsune peut très bien se montrer quelque peu méfiant sur les bords. Il sait que certaines personnes ne sont pas de confiance, et il attend donc une preuve de leurs bienveillances pour leur accorder sa loyauté et sa fidélité aveugle. Malgré tout, il ne lui en faut pas beaucoup. Faire preuve de bonté envers son frère ou lui-même lui ait suffisant pour devenir fidèle envers quelqu’un et l’aider dans le moindre de ses choix. Mais lorsque cette personne brise le lien de confiance qui s’était instauré entre eux, Ai se montre très rancunier. Il n’accorde sa confiance qu’une seule fois, et si cette unique fois se retrouve compromise, il est impossible de la récupérer et la personne doit alors faire face à un jeune renard méchant et quelque peu violent qui veut obtenir réparation en faisant couler du sang.




Histoire





« J-JunO-OniiC-Chan-n !

- Oh ! Ai tu es adorable ! Tu as entendu Jun ? Son premier mot c’est ton prénom ! »

Adorable petit garçon, Ai savait à peine aligner trois pas debout qu’il commençait déjà à parler, signe que ce petit garçon allait très vite être bavard et avoir tendance à énormément parler. Affectueux depuis sa naissance, le petit Kitsune avait pris l’habitude de toujours suivre son grand-frère et de réclamer son attention et sa tendresse. Sans raison aucune, le petit Kitsune était énormément accroché et aimait son grand-frère depuis qu’il l’avait vu la première fois, à tel point que leurs mère taquinait souvent son ainé en voyant son cadet préféré l’attention de son frère à celle de sa mère. Ai aimait sa mère, comme tout enfant, mais un sentiment inconnu, une force mystérieuse, le pousser à toujours attirer l’attention de son frère. Et lorsque ce dernier ne le regardait pas, Ai avait bien vite les larmes aux yeux et pouvait se mettre à pleurer si l’attention de son frère ne lui était pas entièrement dédiée. Et quand son frère s’occuper de lui, Ai était le petit-frère le plus heureux au monde. Ses yeux brillaient sans cesse de joie et d’amour lorsque son frère s’occupait de lui, de même qu’un grand sourire éclairait son visage lorsqu’il posait simplement son regard sur lui.
En âge d’apprendre, le jeune Kitsune posait en permanence mille et une questions sur tout ce qui lui passait par l’esprit. Dès qu’il le pouvait, il harcelait sa mère pour lui demander de lui apprendre énormément de chose, de même que son grand-frère. Bien vite, il ne posa plus qu’uniquement ses questions à son frère, admirant le calme et l’intelligence dont il faisait preuve pour répondre à ses questions, et l’effort dont il faisait preuve pour se renseigner sur tel ou tel sujet afin d’abreuver la soif de savoir de son frère. Rapidement, son grand-frère devint une véritable divinité à ses yeux, et il ne le lâchait pas une seule seconde, le suivant comme son ombre.

« V’là le travestit ! Alors, t’vas te faire sauter par quelqu’un ? Chuis sûre que t’écartes les cuisses pour n’importe qui ! T’devrais avoir honte de ce que t’es raclure !

- Tais-toi ! T’as pas le droit de dire ça ! C’est pas vrai ! Alors ferme la !

- Qu’est-ce qu’t’veux le mioche ? C’est pas à toi que je parle avorton.

- Retire ce que tu as dit sur OniiChan ! »

Lorsque la capacité de son frère se réveilla, et qu’il commença à changer de sexe à sa guise, Ai admirait encore plus son frère. Lui qui n’était encore capable de rien et qui ne savait pas quel pouvoir sommeillait en lui, il ne pouvait qu’admirer son grand-frère d’avoir réussis à activer ses pouvoirs. Mais malheureusement, ce n’était pas l’avis de tout le monde. Les habitants de la ville où ils vivaient ne voyaient son frère que comme un vulgaire travestit qui exécutait n’importe quelles faveurs, ou alors comme un monstre. Et en voyant que son frère était bien trop faible et gentil pour se défendre, il parut naturel à Ai de le défendre. La première fois que quelqu’un insulta son frère, le petit Kitsune se jeta sur lui pour se battre et lui faire retirer les odieuses paroles qu’il venait de prononcer. Même si la personne en question était plus forte ou plus âgé que lui, le jeune Kitsune se jetait toujours sur lui pour défendre son frère, quitte à en sortir blessé. Il se moquait d’avoir mal ou de saigner à partir du moment où son frère recevait des excuses, et que l’on cessait de s’en prendre à sa dignité.
Afin de défendre plus facilement son frère, et dans l’idée de dissuader les gens de le faire, Ai s’entraina à manier un Katana de bois. Il pouvait passer des heures entières à s’entrainer, à se maintenir en forme, et à répéter des enchainements afin d’être imbattable. Il savait qu’un Katana de bois n’était pas la meilleure arme qui soit, et que certaines personnes se moquaient éperdument de voir un enfant se balader avec une arme en bois dans le dos. Mais en le voyant manier son arme pour défendre son frère et mettre ses adversaires à terre, certains furent dissuadés de les embêter à nouveau.
Lorsque, pour son anniversaire, Ai reçus un véritable Katana de son grand-frère, le jeune Kitsune en fut complétement émerveillé. Ce Katana devint la chose la plus précieuse existante à ses yeux après son grand-frère, et il ne s’en séparait sous aucun prétexte. Il était capable de dormir avec s’il ne pouvait pas être avec son grand-frère, pour le simple fait d’avoir la sensation d’avoir son frère avec lui.

« Barrons nous les gars ! Y a son taré de frère qui arrive ! »

Malheureusement, certains habitants de la ville n’avaient pas peur du Katana d’Ai. Un jour qu’il ne put suivre son frère en ville et qu’il dut le rejoindre plus tard, le jeune Kitsune retrouva son frère blessé et battu par un groupe de garçon. Un sentiment immense de culpabilité l’envahi alors, et il se dégoûta de ne pas avoir pu protéger son grand-frère. Avec une haine à peine dissimulé, le jeune Kitsune mémorisa le peu d’information qu’il avait sur les agresseurs avant de ramener son grand-frère pour que leur mère puisse le soigner.
La nuit venu, un changement s’opéra dans l’esprit d’Ai. Née de sa haine et de sa culpabilité, une personnalité plus violente et meurtrière prit le dessus sur lui. Méconnaissable, il sortit silencieusement de chez lui où sa mère et son frère dormait pour se rendre en ville. Guidé par son instinct et son odorat, il retrouva le groupe d’agresseur jouant dans un parc. Sans même parler, Ai dégaina son arme et les tua un à un, les tranchant avec son Katana sans le moindre remords et avec une haine sans limite. Couvert de sang, il fixa son œuvre et éprouva une extase et une joie malsaine à la vue de ce qu’il avait fait. Le parc était baigné de sang, les corps des agresseurs gisaient au sol manquant à certains un bras ou une jambe, mais tous avait été éventré avec un bonheur malsain. Satisfait de son action, Ai pris le temps de rincer la lame de son Katana ainsi que ses vêtements avant de revenir chez lui comme si de rien n’était. Tout aussi discrètement qu’à son départ, il se recoucha et se rendormis aussi tôt, laissant sa personnalité meurtrière disparaitre dans un recoin sombre de son esprit et laissait sa personnalité originale reprendre le dessus sans aucune connaissance des meurtres sanglants qu’il venait de commettre pour venger son frère.
A la découverte des meurtres le lendemain, personne ne soupçonna le jeune Kitsune. Toute la ville étant horrifiée par ces meurtres, personne n’embêta plus son grand-frère. Malheureusement, cette période de trêve ne dura que le temps des funérailles et de l’enquête, qui fit classée bien vite par manque de preuve.

« Je suis sûre que c’est le cadet Kirigaya qui a fait ça ! Réfléchis putain ! Tous ceux qui emmerdent son frère se font buter dans la nuit ! Et en plus il a un Katana ! Je suis sûre qu’il est foutu de faire ça !

- Dis pas des choses comme ça ! C’est qu’un gosse bordel !

- Mais t’es aveugle ou quoi ? Ils sont tous barges dans c’tte famille ! L’ainé se travestit, le cadet se balade avec un Katana et menace tout le monde si on emmerde son putain de frère ! Ca m’étonnerait même pas qu’il soit amoureux l’un de l’autre ! Ils puent l’inceste ces deux-là … Ils sont pas normaux je te dis. Ce sont de vrais monstres ces gosses ! »

Les mystérieux meurtres en ville ne s’arrêtèrent malheureusement pas à ceux du parc. Chaque personne s’en étant pris au grand-frère du jeune Kitsune d’une manière ou d’une autre était retrouvée le lendemain, baignant dans le sang, mort, avec certains membres coupés. Ai ne comprenait pas pourquoi on l’accusait d’autant de meurtres sordides alors qu’il n’avait jamais fait saigné quelqu’un lorsqu’il défendait son frère. Il donnait toujours une leçon aux agresseurs en les mettant à terre, et en assommant les plus durs, mais jamais en les blessant. Il voulait leurs faire comprendre de ne pas s’en prendre à son frère, il ne souhaitait pas leurs morts ! Mais il avait beau répéter encore et encore qu’il n’ y était pour rien, personne ne le croyait.
Ce fut dans cette période que, malheureux qu’on l’accuse d’autant d’horreur, Ai se réfugia chez lui en suppliant son frère de ne pas sortir et de rester avec lui. Il ne voulait plus sortir et se faire accuser par qui que ce soit, ou que son frère se fasse agresser alors qu’il n’était pas là pour le défendre. Cloitré avec son frère, le jeune Kitsune se rendit compte que la présence de son frère à ses côtés était tous ce qu’il souhaitait, et que c’était bien la seule chose au monde qui le rendait heureux. Mais surtout il comprit que la chaleur et le bonheur qui l’envahissait lorsqu’il était contre son frère n’était non-pas de l’amour fraternel comme il l’avait cru, mais bel et bien un véritable amour. Et lorsqu’il comprit que son grand-frère ressentait la même chose que lui, Ai fut le plus heureux des garçons. Mais surtout, l’amour de son frère réussit à lui donner la force nécessaire pour retourner en ville, et affronter les accusations la tête haute.
Mais même sans preuve et ignorant la ferveur d’Ai à se défendre, les habitants continuèrent de se prendre à son grand-frère en leur intimant de quitter la ville s’ils ne voulaient pas être tués à leurs tours. Et ce qui devait arriver, arriva. Une nuit qu’Ai sortait de la demeure d’un des agresseurs qu’il venait de tuer, quelqu’un le vit. Arme en main et couvert de sang, il ne remarqua pas que quelqu’un l’observait tandis qu’il nettoyait ses affaires. Quelques jours plus tard, les habitants prirent armes et torches, menaçant de brûler la demeure des Kirigaya et eux avec s’il ne quittait pas immédiatement la ville.

« Mes anges, vous allez devoir partir sans moi … Je suis trop malade pour vous suivre. Je sais que vous êtes jeunes, mais je sais que vous pouvez vous débrouiller seuls …

- M-mais … Je veux pas ! Je ne veux pas partir sans toi OkaaSan ! Si tu restes je reste avec toi ! On est une famille ! On doit rester ensemble !

- Ai, mon ange, si vous restez ici, ils vont s’en prendre à Jun aussi … Tu ne veux pas qu’il arrive quelque chose à ton frère, je me trompe ? »

Afin de s’occuper de ses enfants et de ne pas les attristé encore plus qu’ils ne l’étaient à cause des meurtres, la mère des Kitsunes leurs avaient cachés être atteinte d’une maladie grave sans remède connue, et qu’elle était voué à mourir vite. Ai ne voulait pas laisser sa mère seule, mais il ne voulait pas non plus que les habitants de la ville s’en prenne à son grand-frère. Et alors qu’il pensait que tout était finit pour eux en entendant quelqu’un pénétrer chez eux, Ai fut soulagé en voyant qu’il s’agissait d’un ami de leur mère. Il habitait aux frontières du village et en entendant le bruit que faisaient les habitants, il s’était précipité pour leur venir en aide. Sorcier de son état, il leur proposa de sceller l’âme de leur mère dans un bijou, en leur promettant de prendre soin de son corps et de trouver un remède. Ai eu à peine le temps de remplir un sac avec quelques affaires et un peu de nourriture que le feu commença à prendre dans la demeure. Main dans la main avec son grand-frère, Ai sortis en courant de la maison, cherchant avant tout à s’éloigner avant de réfléchir à une destination.
Après des semaines de vagabondage, à obtenir tant bien que mal de la nourriture et un endroit pour dormir, à marcher toute la journée pour chercher une ville ou s’installait, Ai crus que tout était finis pour lui et son frère quand il croisa la route d’un loup, en pleine forêt. Le premier réflexe du jeune Kitsune fut de dégainer son Katana, prêt à assommer le loup s’il essayait de s’en prendre à son frère. Mais à sa plus grande surprise, le loup ne les attaqua pas. Après un silence angoissant à attendre que le premier agisse, Ai entendit une voix masculine résonnait dans sa tête, et il mit quelques minutes avant de comprendre que cette voix provenait du loup. Docilement, Ai rangea son Katana et prit son frère par la main pour suivre l’animal. Après une bonne marche, ils arrivèrent jusqu’à une grande maison en pleine forêt, et après y être rentré et s’être installé timidement dans le salon, ils n’eurent qu’à attendre quelques minutes avant qu’un homme prit la place du loup.

« JunKun et AiKun, c’est ça ? Si vous n’avez nulle part où aller, vous pouvez rester ici. Ma meute vous accueillera comme alliés. Nous vous protégerons et nous occuperons de vous comme de nos louveteaux, et en contrepartie vous nous aiderez pour des tâches simples. »

Le loup qui les avait recueillis était en réalité un loup-garou de type Alpha, chef de meute, qui était tombé par hasard sur eux alors qu’il chassait. Avec une gentillesse et une bonté infinie, il prit soin des deux Kitsunes, leurs fournissant tout ce dont ils avaient besoin pour vivre et même plus, prenant comme le rôle de leur parents qu’ils n’avaient plus. Afin de rendre service, Ai se portait souvent volontaires pour aller faire des courses en ville, et ainsi alléger un peu le loup des tâches qu’ils avaient normalement à faire. Et un jour qu’il rentrait les bras chargés de paquet, Ai manqua de se faire attaquer par un vampire fou. De justesse, une silhouette féminine s’interposa et élimina le vampire d’un air déterminé sans sourciller, sauvant ainsi la vie du jeune Kitsune qui aurait bien était incapable de se défendre à cause des paquets qu’il portait. Comme le veut la légende, lorsque quelqu’un sauve la vie d’un Kitsune, ce dernier lui en devient reconnaissable à vie et considère le sauveur comme son Maitre. Ai se précipita pour remercier la jeune fille et lui demandait alors ce qu’il pouvait faire pour elle maintenant qu’elle était son Maitre, et à sa plus grande surprise, la jeune fille ne lui demanda rien, disant simplement qu’elle faisait son travail et qu’elle ne l’avait pas pour autant sauver. Mais à force d’insister, Ai réussis à la faire céder, et appris alors que la jeune fille était une Hunter, une chasseuse de vampire. En quelques minutes de discussion, le jeune Kitsune devient l’informateur de la jeune fille. Lorsqu’elle aurait besoin de lui, elle le contacterait et lui demanderait de se renseigner sur telle ou telle chose, ou même de l’aider dans certaines de ses missions. Une fois rentré, Ai se précipita vers son frère pour tout lui raconter, heureux à l’idée d’avoir trouvé du travail et s’être fait une nouvelle amie.
Grâce à l’argent qu’il gagnait pour ce travail, Ai économisait un peu pour pouvoir se payer un logement avec son frère et ainsi ne plus être entièrement dépendant du loup, et se servait de l’autre partie pour gâter son frère de cadeau pour le simple plaisir de lui offrir quelque chose, même la chose la plus insignifiante qui soit. Pour Ai, tout allait pour le mieux, et il n’avait aucune raison de s’inquiéter. La meute les avait accepté et les considérait comme leurs enfants, le loup les protégeait, et ils avaient tout ce dont ils avaient besoin pour vivre en parfaite santé. Malheureusement, tout ne se déroula pas comme prévu.

« O-oniiChan … Qu’est-ce que …

- Ah, pitié, ne prends pas cette tête AiKun, tu me donne envie de te frapper. J’ai simplement soumis ton frère, où est le problème ? J’ai besoin de pouvoir pour faire ce que je veux, je vois pas ce qu’il y a de mal à ça.

- Mais … T-tu … OniiChan …

- Oh, mais vous êtes agaçant tous les deux ! Ton frère n’a pas arrêté de geindre pendant que je profitais de lui parce qu’il ne voulait pas que tu le saches, et maintenant c’est toi qui commence à geindre … Vous m’agacez tous les deux ! Si vous ne vous calmez pas, et surtout toi Ai, ton frère aura bien du mal à marcher demain, c’est clair ?! Alors maintenant fermez-la ! »

Alors qu’il rentrait d’une mission donné par sa nouvelle amie, Ai avait fait un détour pour s’arrêter à une boutique et acheter un cadeau pour son grand-frère. Tout heureux, le jeune Kitsune s’était précipité dans la chambre de son frère pour le lui offrir, mais sa joie disparut bien vite en découvrant un spectacle horrifiant. Son grand-frère qu’il aimait tant était nu, et recroquevillé sur lui-même en pleurant, tandis que le loup se rhabillait juste à côté de lui sans la moindre émotion. Il ne fallut pas longtemps à Ai pour comprendre que le loup avait violé son grand-frère pour en faire son faire-valoir. Décontenancé, le jeune Kitsune regardait la scène sans comprendre. Pourquoi leur protecteur avait fait ça ? Pourquoi avait-il abusé de son frère ? Pourquoi le malheur s’acharnait sur eux ? Pourquoi n’avait-il pas put protéger son frère ? Ai se sentait coupable que son frère subisse une telle atrocité alors qu’il était censé le protéger.
Délaissant son paquet dans un coin, Ai se précipita vers son frère pour le consoler et l’aider à aller se laver, lui promettant que tout irait bien, et qu’il ne le laisserait plus seul avec le loup, qu’il était désolé de ne pas l’avoir protéger, et qu’il ne manquerait plus à son devoir.
La nuit même, et sans surprise, la personnalité meurtrière de Ai se réveilla. Il partit à la recherche du loup pour le tuer et venger la dignité de son frère qu’il lui avait volé, et il réussit presque. Il réussit à blesser le loup, mais comme ce dernier était plus expérimenté et agile que lui, il l’assomma et le ramena lui-même dans sa chambre. Ai réessaya le lendemain, cette fois pleinement conscient de ces actes sans que sa personnalité meurtrière soit présente. Avant même qu’il n’attaque le loup, ce dernier l’immobilisa violemment en lui faisant la seule et unique menace qui fonctionnerait pour le calmer « Ecoute moi bien gamin, si tu essaie de me tuer, de me blesser, ou d’entraver mes plans, je t’attacherais sur une chaise et je te laisserais regarder comment je viole ton frère encore et encore sans que tu ne puisses faire quoi que ce soit pour m’en empêcher. Alors tu vas me faire le plaisir de ranger ton Katana et de te comporter bien sagement, c’est clair ?! ». Ai n’eut d’autre choix que d’obéir, et résister à son envie d’étriper le loup. Il était hors de question pour lui que son frère supporte encore les mains de cet enfoiré sur son corps.

« JunKun, AiKun, vous allez me suivre. Je vais être professeur à l’Académie de la ville, vous allez être mes assistants. Vous avez intérêt à vous comporter comme il faut et ne pas entraver mes plans, sinon cela va mal se passer pour vous deux. »

Trop peu sûre de lui quant à sa capacité de soumettre le loup, Ai n’eut d’autre choix que d’obéir sagement au loup à contre cœur. Il ne savait pas ce qu’il comptait faire, ni même l’intérêt pour lui de se faire passer pour un professeur, mais Ai le suivrait sans en avoir le choix. La seule chose dont il était sûr, c’est qu’il ne laisserait pas son frère seul, plus jamais.





Trivia




Peur : Perdre son frère
Phobie : Orage (En particulier le bruit sourd du tonnerre)
Allergie :  ////
Passion : Apprendre
Aime - Aime pas : Parler - Rien en particulier
Autre : Son katana est un cadeau de son frère et il ne s’en sépare jamais, au point qu’il dort avec si son frère n’est pas avec lui, personne n’a le droit d’y toucher. Il n’a pas encore découvert son pouvoir en tant que Kitsune, tandis que ses attributs apparaissent dès qu’il est excité (mentalement ou physiquement).



Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum